Virevolte 24 octobre 2011

Québec, le 24 octobre 2011
photo-1
Virevolte

Après avoir refusé ipso facto une enquête publique sur la corruption dans le monde de la construction le premier ministre Jean Charest a finalement annoncé sans envergure un supplément d’enquête.

Par la suite acculé au mur par l’opinion publique sur les pouvoirs restreints de la commission d’enquête qu’il a créée, M. Charest a virevolté deux fois plutôt qu’une. En effet revenant sur sa décision il a d’abord offert à la commissaire Charbonneau la possibilité d’obliger les témoins à comparaître devant elle. Par la suite au terme du congrès de son parti il a affirmé que la commissaire pourrait réclamer que l’enquête soit régie par la Loi sur les commissions d’enquête.

Cette attitude désinvolte démontre jusqu’à quel point Jean Charest ne voulait pas cette enquête et a été très surpris par l’ampleur, la demande incessante et constante de toutes les classes de la société.

Toutefois une question demeure: au lieu d’y aller au compte goutte pourquoi le premier ministre ne modifie pas manu-militari le décret en instituant une vraie commission d’enquête inspiré de la loi de l’assemblé nationale au lieu de laisser l’odieux à la juge de faire la demande si elle le juge à propos?

Laisser un commentaire