Un parti à débat 19 juillet 2009

Québec, le 19 juillet 2009

(À Gilbert Lavoie)

Un parti à débat

Lors de l’élection du parti québécois en novembre 1976 il y a trente ans j’y étais, j’y suis encore et j’y reste. René Lévesque a porté son parti sans expérience du pouvoir, avec des politiciens de cœur mais pas trop expérimentés. Tous étaient conscient du poids énormes à porter, de la confiance que le peuple Québécois leur avait donnée et du sens du devoir qui les interpellaient et ce sans commettre d’erreur.

Monsieur Lévesque et son équipe ont essayé de bien faire les choses et ce avec responsabilité. Les successeurs ont fait de même mais la dure réalité de la vie a vite prise le dessus. On ne peut satisfaire tout le monde et, le sur place du PQ lors d’une certaine période a fait reculer la philosophie du PQ sur des questions de base. Mais comme le vieux proverbe dit : Paris ne s’est pas fait en un jour. Et comme vous le dites si bien à vaincre sans péril on triomphe sans gloire.

Le parti québécois est un parti politique composé de militants de l’extrême gauche jusqu’au centre gauche et cette composition fait en sorte qu’il n’y a jamais d’unanimité mais beaucoup de discussion et de débat agaçant. Même du temps de René Levesque il n’y avait pas de consensus mais énormément de pourparler de part et d’autres des tendances. La voie est toujours pavée pour des débats continues avec les Lucien Bouchard et d’autres comme les François Legault par la voie des lucides et les Jacques Pariseau et Bernard Landry qui tirent des pavés dans la marre c’est pas facile.

Par contre les médias et les anti-péquistes ont toujours maintenus et soutenus les hauts et les bas du PQ parce que c’est un parti actif et qui essai de rallier les différents souverainistes de toute tendances et ce n’est pas facile.

C’est un parti à débat

Laisser un commentaire