Les gouvernements doivent bouger. 25 août 2005

Québec, le 25 août 2005

Les gouvernements doivent bouger.

Une intervention gouvernementale s’exige afin de contrer l’effet négatif de la hausse de 30% du prix de l’essence à la pompe sur l’économie Canadienne et Québécoise. A court terme l’effet est sur le prix de l’essence de tous consommateurs mais à moyen et long terme ce sera tous les produits de consommation qui seront touchés par cette hausse. Tout le transport sera affecté, les réseaux publics de transport, les voyages, le transport de la nourriture, l’habillement etc.

Il faut que le gouvernement fédéral avec ses surplus de plus de 4 milliards en 5 mois en plus des surplus accumulés repensent ses priorités et ce dans tout le Canada. Il faut qu’il réagisse en ramenant le prix à la pompe en deçà de $1.00 le litre. Le gouvernement du Québec devrait faire de même en revoyant ses priorités et en reportant peut-être certains projets de quelques mois.

Est-ce que l’élargissement de la route 175 à quatre voies est prioritaire compte tenu que les contractants et sous contractant auront à subir eux aussi cette hausse et reviendront pour demander une révision des contrats.

Dans le cas des deux gouvernements, les voyages de députés, ministres et autres devraient être réalisé au minimum et selon l’urgence de la situation.

Laisser un commentaire