Une vieille ritournelle

Le gouvernement de la coalition avenir Québec (CAQ) vient de nous servir un vieux refrain souvent entendu par les vieux partis politiques, c’est la faute de l’autre. Lorsqu’un parti politique prend le pouvoir et n’est pas capable de réaliser une promesse électorale il nous sert cette vieille rengaine. Le nouveau ministre des transports François Bonnardel vient de se réveiller et annoncer que leur promesse d’un nouveau pont à l’île d’Orléans pour 2024 ne sera pas réalisée avant 2027. Dans ce cas-ci c’est la faute aux libéraux qui n’ont pas dit la vérité sur l’état d’avancement du dossier.

Il est déplorable que les résidents et nombreux visiteurs touristes de l’île soient pris trois ans encore avec les problèmes du vieux pont. Il est clair que les quelques 600 000 personnes qui empruntent le pont chaque année seront pris durant 3 ans avec des travaux majeurs qui vont réduire le flot de circulation en période touristique.

Messieurs les politiciens il fallait y penser avant, faire des vérifications d’usages avant de lancer des promesses électorales à tout vent.

Est-ce que la prochaine déception sera sur l’échéancier du troisième lien qui devait se faire dans un premier mandat?