Québec le 06 décembre 2004

Une région qui se meurt

Suite au reportage de Marc Saint-Pierre sur le projet Rabaska,je désirerais apporter des commentaires sur la décision des Beaumontois de refuser ce projet sur leur territoire.

À partir de préoccupations bien légitimes de la population face à la protection de l’environnement et à la sécurité pour les résidences près de la zone convoitée par les promoteurs, les opposants au projet dirigé par le groupe rabat-joie en ont fait un débat politique et d’opposition pure et simple. Il va de soi que des justifications sur les principaux points en litiges demandaient éclaircissement mais le groupe rabat-joie a refusé un débat public avec les intéressés. Ce débat aurait permis aux citoyennes et citoyens d’avoir des réponses et de se prononcer d’une façon plus éclairée sur le vrai projet.

Même si je demeure de l’autre côté du fleuve, ce projet avait toute son importance sur le plan économique pour la grande région de Québec afin que l’on prenne notre place face au marché du gaz naturel dont la demande ne cesse de croître au niveau mondial. J’espère que les citoyennes et citoyens de Lévis ne refuseront pas le débat afin de prendre une décision de $700 millions de façon éclairée et pas trop politisée.

Depuis un certain temps, les projets à forte incidence économique sont rejetés Systématiquement par des groupes de citoyens ce qui nuit considérablement au développement économique de la grande région de Québec.