Québec, le 19 février 2009

Une querelle tardive

En février 2008, donc il y a un an, tous les quotidiens du matin, y compris les journaux anglophones, nous distribuaient deux pamphlets publicitaires concernant les 100 ans des plaines d’Abraham (1908-2008). À l’intérieur de ces documents, la reconstitution de cette funeste bataille de 1759 est planifiée et largement annoncée (4 pièces jointes). D’ailleurs dans ces documents on y aperçoit le désormais célèbre manège militaire en tant que la maison de la découverte des plaines d’Abraham.

Tout le monde était beau tout le monde était content mais personne n’a dénoncé cet événement avant février 2009. C’est une querelle tardive qui a brouillée l’image de la province de Québec et réactivée de vielles querelles politico-linguistiques avec le reste du Canada.

Que les politiciens et les activistes de toutes sortes cessent de jouer avec l’opinion publique, les citoyens et s’occupent des vrais enjeux économiques. La commission des champs de batailles nationaux a suivi la planification des 100 ans des plaines d’Abraham mais a manquée de jugement dans l’annonce de ce fait historique et encore plus en annulant cette reconstitution planifiée il y a plus d’un an.