Québec, 6 sept 2007

Une plage perturbée

Je suis allé à la plage Jacques Cartier à plusieurs reprises et j’adore ce petit coin de pays qui me fait rêver. On se promène, on entend, sent et voit les vagues qui s’agitent au degré du vent ou des bateaux qui voguent dans le chenal. La circulation est abondante mais paisible tenant compte des richesses du paysage et de la sagesse des gens qui y circulent.

On a interdit les bicyclettes et peut-être, à bon droit, mais que fait-on des meilleurs amis de l’homme soit le chien? Suite à mon expérience de la fin de semaine ou une jeune dame essayant de contrôler deux immenses chiens, sont venu me sentir le derrière à mon désarroi, je pense qu’il serait important d’exiger des muselières à ces animaux en manque de sensation.

C’est un endroit qui cohabite beaucoup mais quel manque de savoir vivre de certaines personnes.