24 décembre 2013

Une justice injuste

Depuis un an et demi on a vu des bandits à cravate parader à la commission Charbonneau, s’excuser, dire que je n’aurais pas dû ou s’en laver les mains. Pendant ce temps l’auteur Québécois Claude Robinson se bat depuis 18 ans pour récupérer ce qu’on lui a volé.
Bandit à cravate
En effet après plusieurs essais infructueux de mise en marché depuis 1982 l’auteur s’aperçoit que son œuvre est diffusée sans sa permission. Revendiquant ses droits, la saga judiciaire débute en 1996.

Sa première victoire judiciaire remonte à 2009 car la Cour supérieure du Québec conclut que son œuvre a été plagiée et lui accorde 5,2 millions$. Plus tard en 2011, la Cour d’appel du Québec maintient le jugement de la Cour supérieure, mais revoit à 2,7 millions$ les indemnités à verser à l’auteur. Ce 23 décembre, le plus haut tribunal du pays lui redonne gain de cause et rehausse les indemnités à 4.4 millions$.

De ce fait la cour Suprême a reconnu de façon unanime que les compagnies CINAR, FRANCE ANIMATION, Ravensburg et RTV Family Entertainment ont plagié l’œuvre de M. Robinson.

À mon avis le fait que l’auteur ait dû passer 18 ans à se battre reflète que la justice est injuste et en plus il lui reste à recouvrer les sommes dues, après 18 ans de bataille et 3 millions $ en frais d’avocat.