27 octobre 2015

Une justice à deux vitesses

Quelle image de la justice le gouvernement montre à la population en laissant des doutes sur le fonctionnement des procédures liées à différentes causes.
Hells
D’une part la cour suprême du pays a décidé d’entendre un appel mettant en cause un étudiant qui défendait ses droits. La première condamnation de Gabriel Nadeau-Dubois était survenue lorsqu’il avait dit devant les médias qu’il trouvait légitime que les gens prennent les moyens nécessaires pour faire respecter le vote de grève des étudiants et que l’érection de piquets de grève était tout aussi légitime pour y arriver.

Par la suite l’ex-porte-parole étudiant avait réussi à faire casser par la Cour d’appel du Québec une condamnation pour outrage au tribunal. Voilà qu’il devra retourner devant le tribunal pour se défendre.

D’autre part la Cour supérieure du Québec a ordonné l’arrêt des procédures concernant les cinq Hells Angels qui subissaient leur procès pour meurtres et complot pour meurtre à la suite de l’opération SharQc.

Imaginez la cour n’a aucune hésitation à conclure qu’elle est devant un grave abus de procédure. Le juge mentionne qu’il constitue une attaque sur les principes fondamentaux d’équité que doit bénéficier toute poursuite criminelle.

Que dire maintenant de la demi-douzaine d’enquêtes complétées par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) qui dorment sur les tablettes.