Québec, 8 mai 2007

Une gauche maladroite

Le chef du parti Québécois Monsieur André Boisclair vient de démissionner suite aux pressions énormes qu’il a subit des organisations et des organismes internes du parti. Personnellement j’étais prêt à donner la chance au coureur car la dernière défaite électorale n’était qu’une étape de notre belle vie démocratique. Le peuple cherchait un souffle nouveau et Monsieur Boisclair pouvait être cette saveur tant désiré mais la grogne des gens sur les vieux partis a fait chaviré le vote vers un jeune ancien politicien qui parle neutre Monsieur Mario Dumont.

Nul doute toutefois que les gens se cherchent un pays et le vote neutre de la dernière élection le démontre très bien. Par contre les membres et dirigeants du parti québécois ont toujours été à la remorque d’une idéologie certaine mais comment confuse. De l’indépendance pure et simple à une souveraineté claire et nette en passant par une étape d’alliance avec le reste du Canada et en finissant par un, je ne sais quoi, il faut le faire.

Tant et aussi longtemps que la gauche sera aussi maladroite, le peuple choisira du neutre.