Québec, le 17 août 2010

Une coupe d’arbres questionnable

Dans sa politique sur l’abattage d’arbres, la Ville affirme qu’elle doit protéger et gérer sainement son capital vert. De ce fait, le règlement de la ville s’assure de contrôler les abattages sur les terrains privés qui demeure un moyen efficace pour limiter la coupe abusive d’arbres. Il est également dit qu’un arbre constitue une richesse, un héritage horticole, il a mis tant de temps à croître et son abattage demeure toujours un événement triste.

Toutefois il est également mentionné dans cette politique que l’abattage est permis si l’arbre est mort, dangereux, dépérissant ou très malade ou s’il constitue un obstacle à une construction autorisée par la Ville.

La ville a fait abattre trois immenses érables le long du bureau de l’arrondissement des rivières sur la rue Chabot secteur Vanier et ces arbres étaient visiblement sain et ne comportaient aucun danger pour la population. Il est donc permis de croire qu’ils ont été abattus pour une construction autorisée par la ville. Ces érables bien implantés et d’une valeur inestimable auraient t’ils pu être sauvés en modifiant quelques peu le plan d’architecture vers les nombreux stationnements inutilisés.