Québec, le 1ier février 2012

Une corde pour te pendre

En déclarant : « Moi je dis toujours dans le fond: il faudrait que chaque assassin ait le droit à sa corde dans sa cellule il décidera de sa vie» le sénateur conservateur Pierre-Hugues Boisvenu se rend coupable d’un acte d’un suicide assisté selon la loi. Même s’il le pense le fondateur et ancien président de l’Association des familles de victimes assassinées ou disparues est allé trop dans ses déclarations. D’ailleurs il s’est excusé trop tard.
Une corde pour te pendre
Il est impensable que le porte parole sénatorial de la justice au gouvernement prenne parti aussi directement pour la peine de mort volontaire. Par contre le sénateur a dit tout haut ce que son chef le premier ministre Stephen Harper pense tout bas. À cet effet rappelons-nous la déclaration de Stephen Harper en janvier 2011 «personnellement, dans certains cas, je crois que la peine capitale est appropriée».

Il ne faudrait pas que ce débat amène le gouvernement Harper à légiférer sur le retour de la peine de mort abolie en 1976.

Il faudrait plutôt s’acharner à renforcir les lois et et augmenter la lourdeur des peines.