Québec, le 23 septembre 2010

Une commission dépassée

D’entrée de jeu le témoin principal de la commission Bastarache Me Marc Bellemare avait déclaré que la commission était inutile, un piège à cons et qu’il n’y participerait pas. Par la suite monsieur Bellemare a décidé d’y participer en tenant compte des compromis acceptés de part et d’autres.
440_charest_mbouffard
Plusieurs semaines après le début de la commission nous sommes en mesure maintenant de s’apercevoir que Marc Bellemare avait raison et que ce dernier subit les attaques répétées de tous les avocats adverses et même celles du commissaire Bastarache.

Il est impensable de constater que le commissaire hésite, balbutie, regarde, laisse aller les objections sans raison et donne ses décisions que défavorable aux procureurs de Marc Bellemare.

Le premier ministre du Québec Monsieur Jean Charest vient de débuter son témoignage à la commission Bastarache sur le processus de la nomination des juges et on s’aperçoit qu’il n’a pas laissé tomber sa facilité à faire des discours politique. En effet sur toutes les questions posées il ne manque pas une occasion de venter son gouvernement à l’effet qu’il a amélioré, lors de nomination, la représentativité homme-femme et communautés culturelles.

Le plus bizarre c’est que personne ne fait d’objection que cela n’a pas rapport avec la nomination des juges.