14 janvier 2014

Une charte malmenée

Le gouvernement du parti Québécois a bien fait d’instaurer une commission parlementaire sur le projet de Chartre Québécoise si on tient compte de l’enjeu, des positions divergentes et variées recueillies dans la tournée d’avant projet. Par contre je trouve un peu contraignante la façon dont le ministre des Institutions démocratiques, Bernard Drainville a lancé le débat.
Chartes des valeurs
En effet d’entrée de jeu, le ministre a indiqué qu’il n’était pas question que le gouvernement recule sur son projet d’interdire aux employés de l’État de porter des signes religieux. Même si, à bon droit, le gouvernement Marois écarte tout compromis sur la question épineuse des signes religieux je suis d’avis qu’on aurait dû éviter de mettre des balises dans ce long débat que l’on veut serein et respectueux.

De ce fait la commission devra entendre plus de 200 personnes ou groupes qui sont intéressés à témoigner, à faire valoir leur point de vue aux élus et à la population.

Oui ça nous prend une charte des valeurs mais il faut que le gouvernement soit prêt à faire certains compromis s’il veut que la population adhère à son projet.