Québec le 10 janvier 1994

UNE BELLE VILLE

(Réponse à la lettre de Raymond Fillion de CHARLESBOURG)

Monsieur Fillion de CHARLESBOURG, vous mentionnez dans votre lettre au Soleil, que sans un club de hockey professionnel à Québec, les congressistes se feront moins nombreux. Je ne vois pas le rapport, combien de congrès les Nordiques de Québec ont amené depuis 10 ans à Québec. Nous avons réélu Jean Paul L’allier maire de Québec justement parce qu’il sait prendre l’intérêt des vrais citoyens de la GRANDE VILLE DE QUÉBEC.

De plus qu’elle est la vraie retombée financière des Nordiques pour les payeurs de taxes de la ville de Québec? C’est la vente de la bière? De toute façon les Québécois se trouveront une autre occasion pour savourer ce jus d’houblon. Est-ce que c’est la retombée financière des très gros salaires payés aux joueurs des Nordiques? Qui, des joueurs ou les dirigeants des Nordiques, a sa résidence principale à Québec? Où font-t’ils leur magasinage? Dans le mail Saint-Roch, aux galeries de la Capitale les avez-vous déjà rencontrés?

Est-ce que c’est le travail des nombreux journalistes sportifs de la presse parlée ou écrite? Ces journalistes pourraient, à la place, parler des VRAIS SPORTIFS soient les nombreux athlètes amateurs dont leur effort spectaculaire passe souvent inaperçu. Est-ce que c’est la vente des loges corporatives? Ces compagnies pourraient commanditer nos VRAIS ATHLÈTES dont les performances ne sont pas précédées de nombreux « $$$$$ » mais plutôt par des efforts considérables.

En conclusion Monsieur Fillion de Charlesbourg les nombreux congressistes du futur centre municipal des congrès eux investiront à Québec et dans les villes avoisinantes dont CHARLESBOURG. Et monsieur l’Allier vous pouvez continuer à défendre les payeurs de taxes de votre grande ville.