Québec, le 1ier mars 2007

Un vote crucial

Plus de 6 ans après le passage de l’an 2000 il faut se poser la question qu’est-ce qu’on fait? Depuis les 50 dernières années, on a tout essayé bleu, rouge, vert et autres. La plupart des gens se disent que, de toute façon, c’est du pareil au même. Toutefois il faut que l’année 2007 soit une année de bonnes décisions pour toutes les classes de la société. Il faudra choisir les femmes et les hommes qui décideront de notre destinée, de notre bien-être et celle des générations pour les années à venir.

Plusieurs choix s’offriront à nous incluant celui de ne pas bouger de ne rien dire, de ne rien faire. Par contre en 2007 ce n’est plus vrai qu’ils feront ce qu’ils voudront sans mots dire. Il faut se prendre en main et leur faire part que notre capacité de payer a atteint son maximum et il est fini le temps du gaspillage. Il faut garder, protéger, améliorer nos acquis et éviter les dépenses inutiles.

Après quatre ans au pouvoir, le gouvernement libéral de Jean Charest qui devait réinventer le Québec en promettant une réingéniérie de l’état, des baisses d’impôt pour tous et un bon milieu de vie. Ce furent plutôt des hausses de frais de toutes parts (frais de garderie, coupure dans les subventions aux organismes, tarifs d’Hydro Québec, décret sur les conditions de travail de ses employés, l’assurance médicament, taxes scolaires, taxe pour le plan vert, fermeture du jardin zoologique, dégel des frais de scolarité). Voilà qu’il revient en 2007 avec une baisse d’impôt et des promesses électorales de 4 milliards.

Voilà que le mystère Québec réapparaît et la grande région de Québec s’apprête à voter pour l’équipe de Mario Dumont. Sommes nous prêt à vivre un tel chambardement? Avec la seule promesse d’abolir les commissions scolaires qu’en est-il vraiment de son programme? Les municipalités sont t’elles prêtes à prendre la relève ? Au bout du compte ce seront les contribuables qui paieront la note.

Le parti québécois de 2007 est plus expérimenté car il a été au pouvoir pour plus de la moitié de ces trente dernières années. C’est un parti plus jeune et plus mature et expérimenté car on apprend de ses erreurs.