Un souvenir pas comme les autres

La célébration du jour du souvenir 2018 ne fut pas comme les autres car cette année il fallait célébrer les 100 ans de l’armistice. Tous les pays ayant participé de près ou de loin à la fin de cette guerre qui a fait plus de 10 millions de morts, des millions d’invalides et de blessés, fêtent tous les ans cette signature qui a mis fin à des souffrances énormes, qui pour certains sont encore présentes dans leur vie.

L’armistice, signé le 11 novembre 1918 à 5 h 15 dans le wagon-salon du maréchal Foch, qui sera appelé par la suite wagon de l’Armistice, marque la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918), la capitulation de l’Allemagne et la victoire des alliés.

Dans les pays du Commonwealth les coquelicots se portent le jour de l’armistice ou du souvenir le 11 novembre et lors de la semaine des anciens combattants comme symbole du souvenir afin de rendre hommage à ceux et celles qui ont servi lors de guerres ou de maintien de mission de paix. Les coquelicots poussent dans les champs en France où la guerre a eu lieu ces fleurs nous rappellent les sacrifices et les pertes dues à la guerre.

Malgré ce fléaux de morts les grandes puissances continuent à jouer à la guerre et à envoyer nos soldats se faire tuer dans des conflits qui, contrairement aux deux guerres mondiales, n’apportent aucune valeur ajouter sur le plan de la paix mondiale.

Le 11 novembre 2018 la France a eu l’heureuse initiative d’organiser une rencontre de la paix qui devrait avoir lieu tous les ans. Le seul dirigeant absent à cette première rencontre de paix est le président des États-Unis Donald Trump qui vient de placer plus de 10 000 soldats aux portes du Mexique.