Québec, le 15 novembre 2010
reveil
Un réveil brutal

Certains animateurs radiophonique se demandent pourquoi autant de découragements, de décrochage et de suicides dans la population? Il est certains que la vitesse à laquelle nous devons ajuster notre rythme de vie nous oblige à se surpasser.

Mais une fois que notre système a atteint sa vitesse de croisière d’autres facteurs entre en ligne de compte. En effet après une fin de semaine de repos on doit retourner au travail et la première action que l’on pose en se levant c’est de prendre le journal et d’allumer la radio.

Les animateurs nous lise les titres des journaux en y ajoutant leurs opinions personnelles et presque toujours négatives. De ce fait, les politiciens sont corrompus, les assistés sociaux des inadaptés, les gouvernements gaspillent, les syndiqués des cancres, les piétons et cyclistes des nuisances publiques, les artistes Québécois des hères de la société, les patrons d’entreprises surpayés, l’école publique déficiente, il faut parler anglais et finalement rien n’est correct.
Plus tard nous prenons la route pour se rendre au travail et à la première occasion klaxonnons envers un automobiliste, un cycliste ou un piéton, maugréons envers le personnel des travaux routiers, arrivons à l’emploi avec une pression au maximum et n’acceptons aucun anicroche.

Tout un réveil.