Québec, le 2 décembre 2011
Pharmacie.-Illustration-medicaments
Un projet de loi discutable

Le projet de loi 41 du ministre de la Santé Yves Bolduc, donnant plus de pouvoirs aux pharmaciens pour prescrire certaines ordonnances me laisse perplexe. C’est un projet de loi discutable car l’association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) veut plus de pouvoirs pour ses membres mais à la condition d’obtenir une meilleure rémunération liée aux nouvelles responsabilités.

Pour ma part je pense que la discrétion serait mise en danger car elle est déjà douteuse lorsque l’on se rend au guichet d’une pharmacie afin d’obtenir le médicament d’une prescription déjà complété par un médecin. En plus est-ce que les pharmacies vont se monter des dossiers médicaux parallèlement à ceux de notre clinique familiale.

Dans ce dossier gouvernement a totalement oublié les demandes de la fédération des infirmiers infirmières (FIIQ) qui exigeait plus de pouvoirs en matière de prescription et d’ordonnance. En effet le projet de loi octroie aux pharmaciens des pouvoirs jusqu’ici réservés aux médecins, ce qui donne aux infirmières le sentiment d’avoir été laissées pour compte. De plus les pharmaciens n’ont jamais voulus accepter les prescriptions légalement émises par les infirmières.

Personnellement j’estime que nous aurions un meilleur accès aux soins si les 55 000 infirmières du réseau public détenaient ces pouvoirs ce qui enlèverait davantage la pression sur le système de santé.