Québec, le 29 janvier 2010

Un pouvoir de dépenser
Illimité

C’est quoi le montant de dépenses discrétionnaire du maire de la ville de Québec sans être obligé de passer au conseil de ville qu’il manipule assez bien. On sait qu’un ministre peut allouer jusqu’à $25,000 sans être obligé de faire approuver par le conseil du trésor. D’ailleurs même le premier ministre Jean Charest aurait été obligé de passer par le conseil du trésor pour allouer un contrat de $300 000 comme le maire Régis Labeaume a donné à Clotaire Rapaille d’un seul coup de téléphone.

Il me semble que son pouvoir de dépenser sans limite notre argent durement gagné devrait être questionné davantage par les médias. Je comprends que la population de Québec lui a donné, ce qu’il demandait, soit une majorité absolue et le pouvoir de décider et de gérer sans opposition. On le voit très bien avec sa façon de procéder. En effet comme l’était l’ancien maire Jean Pelletier il est le one man show du conseil de ville ne l’offusquez pas et ne lui mettez pas de bâton dans les roues. Ses propres conseillers l’ont appris à leur dépends en se faisant sermonné pour un retard de 10 minutes.

D’ailleurs les journalistes en ont aussi pris pour leur rhume hier suite à des questions sur le réel coût du prophète Clotaire Rapaille et la réponse désinvolte du maire à l’effet de ne plus l’achaler avec ça car c’est le meilleur en la matière et je l’ai engagé point final.

Ce sera un quatre ans long et coûteux.