Québec, le 12 août 2010

Un monde en envers

Au Bangladesh, 250 personnes ont célébré un mariage de grenouilles afin de faire tomber la pluie. En effet cette cérémonie très protocolaire était organisée pour faire pleuvoir car la sècheresse sévit au nord du pays retardant ainsi la mousson. La mousson est la saison durant laquelle le vent souffle dans les régions indiennes caractérisée par des précipitations très fortes.

Dans le même temps le Pakistan est au prise avec les pires inondations de son histoire qui ont fait à date des milliers de morts et près de 15 millions de sinistrés. De plus les centaines de millimètres de pluie tombés ont empêché les équipes de secours d’atteindre les zones frappées car les eaux ont noyé les routes et endommagé les ponts. Les craintes d’épidémies s’intensifient, certains évacués commençant à souffrir de diarrhées, de fièvre et d’autres maladies.

Dans un autre coin de la planète Pékin s’est réveillée sous un ciel orange, victime des tempêtes de sable qui frappent le pays. En effet la capitale Chinoise est balayée par des vents violents chargés de particules réduisant fortement la visibilité, à moins de 600 mètres dans certains endroits.

Dans notre merveilleux Québec les gens se plaignent d’une canicule et d’un cheval mort.