Québec, le 16 décembre 2005

Un Gouvernement décevant

Lord de l’élection qui a amené le Gouvernement libéral au pouvoir avec Jean Charest, la population a élit un Gouvernement qui semblait être prêt et qui voulait réinventer le Québec en passant par une ré ingénierie de l’État Québécois tout en promettant des baisses d’impôt pour tous et un bon milieu de vie.

Après près de trois ans au pouvoir on assiste à un coup de force sur la classe moyenne. Ce fut l’annonce des hausses des frais de garde d’enfants, l’augmentation des tarifs d’Hydro Québec, l’augmentation du permis de conduire, l’augmentation de l’assurance médicament, la hausse de la taxe sur les cigarettes, le recul sur la coupure de 103 millions en bourse aux étudiants, l’imposition des gains à la loterie.

Ce gouvernement agit à la manière de Georges W. Bush qui a envahi l’Irak en prétendant trouver des armes de destruction massive. Monsieur Charest se défend en argumentant l’urgence de la situation qu’elle urgence? Il s’attaque au consensus établi par les gouvernements précédents en menaçant la paix sociale et votant une loi spéciale qui décrètera les conditions de travail des 520 000 employés du secteur public.

En surplus après avoir mentionné que le projet de loi 124 ne serait pas déposé avant le mois de mars 2006, voilà qu’il fera adopté en même temps ce projet de loi tant controversé.

Il semble être le seul à avoir le pas.