Québec le 22 janvier 1998

UN DÉSASTRE

Le Québec a connu un des pires verglas de son histoire, et le peuple Québécois, comme à l’habitude a fait preuve d’une très grande solidarité et générosité qui s’est manifesté de différentes façon par de l’aide humaine, par de l’aide matérielle et de l’aide financière; bravo à nous tous et toutes.

Par contre où il y a de l’humain il y a de l’humainerie et je me dois de citer certains cas d’abus fait par une minorité.

La semaine dernière un des représentants de la croix rouge mentionnait, dans un article du soleil, que c’est beaucoup moins pire que ce qui s’est passé au Saguenay. Une telle déclaration est absurde pendant que des millions de personnes sont sur le carreau et que plusieurs d’entre eux perdent dignité et biens et ce n’est pas le temps de faire des comparaisons. Dans une situation où on rapporte déjà plus de 20 morts, on a vu des reportages montrant des gens abuser en vendant des articles 3 à 4 fois le prix courant et je suis d’accord à les dénoncer et voire même les boycotter une fois la situation revenue à la normale. Sur les ondes d’une radio québécoise un sondage maison mentionnait qu’à 80% les gens trouvaient l’aide du gouvernement trop généreuse de $10.00 par jour, par personne. Les personnes qui ont appelé sont vraiment décroché de la vraie vie et inconscient des problèmes que des millions de personnes ont vécus et que des milliers vivent encore.

Ce matin dans le soleil du 21 janvier, les verts qui sortent de leurs boules à mites en dénoncant l’action que le gouvernement s’apprête à réaliser afin d’améliorer la sécurité des gens et de renforcir l’alimentation d’électricité dans le Sud de Montréal. Comment peut-t’on au trois quarts de la crise profiter de la situation. Les premiers ministres des autres provinces qui annoncent en grande pompe un don de $100 000. Y avez-vous pensez ce n’est qu’environ $10 000 par province. Comment envoyons-nous ailleurs lorsqu’il y a de tels désastres?

Qu’elle crédibilité pouvons-nous accorder à ces gens qui profitent du malheur des autres pour se faire du capital de toutes sortes

D’une autre façon je suis un peu déçu de l’article de Michel Vastel paru dans le soleil de dimanche concernant le coté politique de la catastrophe du verglas où il déclarait le Fédéral gagnant 1-0 par l’aide qu’il a apporté aux autorités du Québec. Dans ce même article il mettait un match nul entre Lucien Bouchard et Jean Chrétien. Est-ce le temps, Monsieur Vastel, de profiter de la situation pour annoncer une telle partie de, je ne sais comment vous appelez ce sport? Mais ce matin il y a encore 450 000 personnes sans électricité et Monsieur Bouchard est encore à Québec pour s’occuper de la situation.