15 juin 2015

Un chien de garde

Que l’on soi fédéraliste ou souverainiste les divergences politiques et humaines entre le Québec et le reste du Canada ont toujours existées et existeront. N’en déplaise à ceux qui critiquent la présence du BQ à Ottawa il faut se plier à l’évidence que la mauvaise performance de l’opposition officielle à Ottawa démontre la nécessité du BQ.
gilles-duceppe
La présence du Bloc Québécois à la Chambre des communes a permis d’assurer la concordance et la légitimité entre la vision d’un peuple et celle de ses représentants élus sur la scène fédérale. Depuis le 15 juin 1991 les Lucien Bouchard (1990-1996), Michel Gauthier (1996-1997), Gilles Duceppe (1997-2011), Daniel Paillé 2011-2013 et Mario Beaulieu (2014-2015) ont défendus avec acharnement les intérêts des citoyens du Québec en protégeant leur droit de choisir librement leur avenir.

La désinvolture avec laquelle le premier ministre Stephen Harper s’est occupé des dossiers du Québec saute au visage. Je suis content du retour du chef Gilles Duceppe car je suis convaincu que le BQ à Ottawa est le bon chien de garde afin d’assurer le respect des intérêts du Québec dans ce monde fédéraliste qui perdure.