Québec, le 15 juin 2010

Un casse-gueule

Je suis entièrement d’accord avec les propos de l’ex ministre de la justice Me Marc Bellemarre lorsqu’il mentionne que la commission de l’ex-juge Bastarache est un piège à cons et un petit cul de sac qui ne servira qu’à blanchir le premier ministre Jean Charest sur la nomination des juges. D’ailleurs d’entrée de jeux monsieur Bastarache a déclaré qu’il n’a pas le pouvoir d’élargir le mandat que lui a confié le gouvernement Charest soit celui de scruter à la loupe le processus de nomination des juges au cours des 10 dernières années.

La population était unanime à demander une enquête publique sur tout le processus de financement des partis politiques et plus particulièrement sur la corruption dans le monde de la construction. Je suis d’avis qu’une commission parlementaire à laquelle aurait participé Marc Bellemarre sous l’immunité parlementaire aurait fait toute la lumière et aurait été plus crédible qu’une commission bidon pour protèger la chèvre et le chou.

En refusant de se présenter à la commission Bastarache Marc Bellemarre discrédite la tactique facile du premier ministre Jean Charest d’essayer de noyer le poisson avant les vacances d’été et de se faire oublier.