Un autre fleuron disparaît

Sous la gouverne libérale le Québec vient de perdre un autre fleuron Québécois en laissant Bombardier se départir de la C Séries qui avait couté très cher aux contribuables. Le géant Européen Airbus prend le contrôle de la CSeries de Bombardier en devenant l’actionnaire majoritaire avec 50,01% des parts contre 31% pour Bombardier et 19% à investissement Québec.

On est loin du discours de Philippe Couillard du 28 septembre dernier devant les employés de l’usine à Mirabel déclarant qu’il se battrait bec et ongle contre le géant américain Boeing et la hausse de droits compensateurs de 220% du département du commerce américain sur les ventes d’avion de la CSeries. Lors de son allocution le premier ministre avait déclaré qu’il était fier en tabarnouche de ces avions d’origine Québécoises.

Les 1 milliards 300 millions $ fourni par le gouvernement du Québec et les payeurs de taxes Québécois serviront pour des emplois à l’usine d’Airbus en Alabama. Suite à cette vente le premier ministre mentionne que les 2500 emplois sont protégés sur papier pour les vingt prochaines années. Souvenons-nous que lors de la vente d’Alcan à RioTinto on avait protégé les emplois sur papier mais la réalité fut différente.