Québec 28 novembre 2007

Un appui bizarroide

J’ai pris connaissance du point de vue de l’ancien maire de la ville de Québec dans les années 1965-1970 Monsieur Gilles Lamontagne qui s’était imposé un silence depuis ce temps. Il appui ouvertement aujourd’hui le candidat Régis LaBeaume. Je ne comprends pas cette sortie burlesque de cet ancien ministre libéral et ancien Gouverneur de la province de Québec.

Quel valeur ajouté amène t’il dans cette campagne déjà plate à mourir. Si c’était pour appuyer le nouveau président de l’action civique de Québec Monsieur Claude Larose, parti former du défunt progrès civique que lui-même avait présidé, j’aurais compris mais là c’est autre chose.

Dans sa lettre Monsieur Lamantagne mentionne qu’il faut cesser de regarder en arrière et abandonner cette morosité. Le candidat que ce dernier appui, fait exactement l’inverse en attaquant la candidate Ann Bourget, en déblatérant sur l’administration précédente et en négligeant de parler du futur et des dossiers majeurs. Il ajoute que Monsieur LaBeaume est un homme indépendant et qui ne doit rien à aucun parti politique. C’est quoi ce verbiage provenant d’un homme qui a dirigé un parti politique, qui a été ministre libéral et j’en passe.

Il termine sa missive en mentionnant que tout le chambardement que son candidat promet de faire, redresser les finances, besoins du sociocommunautaires, des loisirs et sports et la culture, ne se réalisera pas sans l’aide du Gouvernement du Québec. Est-ce ça la valeur ajoutée?