Québec, le 14 décembre 2006

Trop c’est trop

La capacité de payés des citoyens est rendue à la limite du raisonnable et de l’acceptable. En effet, au lieu de couper des dépenses inutiles et de gérer un budget plus serré, voilà que nos élus à tous les niveaux augmentent les dépenses, les taxes, créent des impôts déguisés et pigent dans le sac.

Au niveau municipal, la mairesse Andrée P. Boucher et son équipe, n’a pas fait le travail d’analyse des différents secteurs d’activité et, comme les autres, a augmenté ses dépenses de façon considérable. C’est en pleurant (snif..snif..) Qu’elle nous propose de couper des services et d’augmenter les taxes municipales de façon draconienne. Voilà que l’on apprend ce matin que les usagers du transport en commun paieront 2% de plus pour leurs passages.

Tout cela s’ajoute aux différentes hausses des paliers supérieurs. En effet après quatre ans au pouvoir, le gouvernement libéral de Jean Charest qui devait réinventer le Québec en promettant des baisses d’impôt pour tous et un bon milieu de vie a plutôt brimé la population. Ce fut d’abord l’annonce des hausses des frais de garde d’enfants, coupure dans les subventions aux organismes, l’augmentation des tarifs d’Hydro Québec, l’augmentation du permis de conduire, décrété les conditions de travail de ses employés, l’augmentation de l’assurance médicament, augmentation des taxes scolaires, la hausse de la taxe sur l’essence pour payer le plan vert, fermeture du jardin zoologique et j’en passe.

Que dire maintenant du gouvernement de niveau fédéral qui pige dans les poches de tout le monde sans voir le juste retour des choses. Le premier ministre du Canada annonce ce matin que la population pourra suggérer des noms de sénateurs après avoir annoncé lors de la campagne qu’il ferait une refonte en profondeur du sénat voir même l’abolir.

Trop c’est trop, le peuple n’a plus les moyens!