Nous apprenons que les dirigeants de Bombardier dont son PDG Alain Bellemare discute avec le conglomérat américain Textron afin de vendre sa division d’avions d’affaires, qui emploie des milliers de personnes au Québec.

Malgré un déficit de près de 10 milliards les dirigeants de Bombardier se sont donné des salaires mirobolants et des bonis exagérés. Ils ont fait disparaître en fumée ce qui restait des 1 milliards trois cents millions de $ que le gouvernement libéral de Philippe Couillard avait donné en subvention.

Ces mêmes dirigeants procèdent à une dilapidation pure et simple de l’argent des contribuables. Après avoir vendu ses avions amphibies en 2016 la compagnie s’est départi de son site Torontois d’assemblage d’avions, céder le contrôle de la CSeries à Airbus, vendu sa Q Series à l’avionneur Longview Aircraft et s’est débarrasser de ses CRJ en vendant à Mitsubishi.

Il faut que le gouvernement de François Legault arrête cet hémorragie car il devient évident que l’actionnaire a décidé de lancer la serviette et de liquider l’argent des contribuables. Pourtant le nouveau PDG nommé en 2015 Alain Bellemare devait donner un nouvel élan à Bombardier.