Québec, le 22 février 2011
Tolérance zéro
Tolérance zéro

Le maire de Québec passe à l’acte et brandit la menace de poursuite à quiconque oserait tenir des propos diffamatoires ou haineux à son endroit ou celui de ses collègues et que cette mise en garde s’appliquait aux médias.

A-t-il déjà oublié les propos disgracieux qu’il a tenu envers Isabelle Porter journaliste du devoir, sa déclaration sur les employés de la ville à l’effet qu’ils étaient des fourreurs de système, sa sortie contre le conseiller Michel Fecteau «mon ostie, m’en va t’en câlisser une dans le front» et à Josée Verner «je m’entends bien avec Mme Verner, mais y’a des fois où je la battrais.

On peut se rappeler également que pour le maire Labeaume, une saine gestion rime avec la peur des employés de l’autorité patronale et que cette autorité doit se faire sentir de haut en bas de la machine administrative <il faut que les gens craignent le maire ensuite, ça percole» a-t-il déjà mentionné. Il avait ajouté que pour imposer cette crainte, le maire doit «gueuler» aussi souvent que possible «je pète une coche régulièrement et si je n'ai pas de raison de le faire, j'en trouve une». canette labeaume

La devise du maire faite ce que je dis et non ce que je fais.