Québec, le 5 avril 2011

Suis-je de gauche ou de droite?

Depuis la fin de l’année 2010 la guéguerre gauche-droite a le vent dans les voiles. En effet les médias nous inondent de propos indiquant que la droite a le dessus avec le réseau liberté-Québec et que la gauche veut prendre sa revanche en cette nouvelle année 2011. À cet effet, ce que l’on entend le plus souvent est que le patronat est de droite et que le syndicat est de gauche. Au niveau politique on dit que les libéraux sont de droite, le parti Québécois de gauche et les autres se cherchent une place dans l’échiquier centre-gauche ou centre-droit.
Point-dinterrogation
Qui suis-je dans ce débat élitiste et opportunisme? Je suis pour le respect de l’opinion des personnes qui s’expriment et qui osent s’impliquer. Je suis pour que les travailleurs gagnent un salaire décent et comparable dans l’ensemble de la société. Je suis pour que les dirigeants d’entreprises respectent les travailleurs qui leur font réaliser des profits.

Il faut quand même se rappeler que depuis les premières grèves des chaussures dans les années 1900 aux années 2000 en passant par la violente grève d’Asbestos en 1949 ou les Pierre-Elliot Trudeau, Jean Marchand, Gérald Pelletier et René Levesque ont été des acteurs importants, le syndicalisme a aidé à obtenir des conditions de travail intéressantes tant pour les syndiqués que non-syndiqués. En effet ces luttes syndicales ont permis des relations de travail plus civilisées depuis les trente dernières années au Québec.

D’ailleurs les syndicats d’employés ont permis à certaines compagnies de revoir à la baisse leur condition de travail afin de sauver l’entreprise qui a reprise sa vitesse de croisière. Toutefois, le syndicalisme ne doit pas être une lutte de pouvoir mais bien un combat afin de limiter l’arbitraire, la discrimination et introduire l’équité.

Il faut que les employeurs comprennent qu’enlever des acquis durement gagnés par les syndiqués c’est une limite à ne pas franchir. Je comprends certains patrons d’entreprises qui ne veulent pas rouvrir ce panier de crabes ou cette bouillabaisse de débats stériles qui minerait la confiance des uns envers les autres. Qui voudrait revoir des chicanes intestines entre employés dans leurs entreprises qui nuiraient passablement à la motivation et à la production?

Une chose est certaine je suis Parti Québécois et Bloc Québécois