Québec, le 11 juin 2011
338943-claude-leveillee-spectacle-salle-wilfrid
Souvenir de mon enfance

Claude Léveillé, l’une des grandes figures de la chanson québécoise qui nous a rappelé nos souvenirs d’enfances par sa chanson Frédéric écrite dans les années 1960, nous a malheureusement quitté à l’âge vénérable de 78 ans. Notre poète aura créé, à l’aube de la Révolution tranquille, aux côtés de d’autres poètes, un souvenir mémorable du Québec en chansons ce qui aura perduré plus de deux décennies.

De ce fait beaucoup d’artistes seront en grande partie responsables d’un vent de changement qui aura balayé le Québec au début des années 1960 en s’exprimant sur la place publique. Le plus souvent engagés socialement et politiquement d’abord les chansonniers Félix Leclerc, Gilles Vigneault, Claude Léveillé, Pauline Julien et Robert Charlebois, certains poètes comme Gaston Miron, Jean-Guy Pilon, quelques romanciers et dramaturges, André Major, Hubert Aquin, Marie-Claire Blais, Marcel Dubé, Michel Tremblay, et certains humoristes Clémence Desrochers, Yvon Deschamps et Marc Favreau.
qc
(Extrait de mon article de vigile leçon d’histoire)

Dans cette période nous aurons vécu un bouleversement politique historique qui nous aura presque donné un pays.

Le Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN) est fondé en 1960 par Marcel Chaput et André d’Allemagne et en 1964 Pierre Bourgault prend la tête du parti. Par contre un conflit éclate entre la vieille garde du RIN et les tenants d’un nationalisme socio-économique alors René Jutras se détache et fonde le Regroupement national. Ce mouvement indépendantiste qui renoue avec un nationalisme traditionnel et conservateur se rallie aux créditistes provinciaux de Laurent Legault en février 1966 pour former le Ralliement national (RN) dirigé par Gilles Grégoire, un ancien créditiste.

Le 14 octobre 1967, René Lévesque avait quitté le Parti libéral à la suite du refus du congrès d’entériner son projet de faire du Québec un état souverain associé au reste du Canada. Le 19 novembre de la même année, Lévesque et un groupe de militants nationalistes fondent le Mouvement souveraineté-association (MSA) préconisant l’indépendance du Québec assortie d’une association avec le reste du Canada.

En 1968, le RN accepte de fusionner avec le MSA afin de former le Parti québécois sous la présidence de René Lévesque. Suite à cette fusion, Pierre Bourgault dissout le RIN et invite ses membres à se joindre au Parti québécois. À partir de cet instant, les forces souverainistes au Québec sont unies sous une même bannière. Le 15 novembre 1976, le Parti Québécois est porté au pouvoir avec 71 députés et le premier février 1978, la loi 101 est sanctionnée.

Pour revenir à la merveilleuse chanson de Claude Léveillé , c’est ce que j’ai vécu chez moi, le dimanche, autour de la table. En effet douzième d’une famille de 17 enfants ça discutait fort autour de la table et maman nous servait. J’avais 17 ans à l’époque de la sortie de cette chanson et tout le monde la fredonnait :

Passage……
Frédéric
Je me fous du monde entier
Quand Frédéric me rappelle
Les amours de nos vingt ans
Nos chagrins, notre chez-soi
Sans oublier
Les copains des perrons
Aujourd’hui dispersés aux quatre vents
On n’était pas des poètes
Ni curés, ni malins
Mais papa nous aimait bien
Tu t’rappelles le dimanche
Autour d’la table,
Ça riait, discutait
Pendant qu’maman nous servait
Mais après…

http://www.tagtele.com/videos/voir/8549/1/

Il y a eu la chanson de Gilles Vigneault Mon pays ce n’est pas un pays c’est l’hiver mais il a également eu le Mon pays de Claude Léveillé :

Quoi dire de plus qu’une autre image marquante du Québec de nos jeunes années nous quitte en nous laissant des souvenirs inoubliables. Il faudrait que les générations x, y et Z reprennent le flambeau du nationaliste et se rapproprie le Québec. Claude nous a quitté à la première journée des Francofolies de Montréal et dans une période parlementaire tristement célèbre.