Québec, le 14 avril 2007

Si la vie vous intéresse

Je ne suis pas d’accord avec les propos du ministre canadien des affaires étrangères Monsieur Peter Mackay lorsqu’il mentionnait hier que la mort des soldats canadiens en Afghanistan est le prix à payer pour la liberté. Quelle liberté, celle d’essayer de libérer un peuple contre son gré? Huit canadiens mort en deux jours et le général Dallaire en remet en spécifiant qu’il y a un prix à payer pour défendre nos valeurs. Quelles valeurs celles de nos jeunes qui devaient être en mission de paix?

L’histoire de l’Afghanistan nous a appris que la plupart des guerres sur leur territoire ont été très longues. D’ailleurs, cette histoire est jalonnée de nombreuses invasions. D’Alexandre Legrand à aujourd’hui en passant par les Britanniques, les soviétiques, les américains et maintenant les Canadiens. Ces différentes invasions ont laissés des traces énormes en Afghanistan, ont fait et y font encore de nombreux morts et blessés c’est ça la liberté.

Même si à l’origine les objectifs des décideurs Canadiens étaient louables (défendre nos intérêts nationaux, s’assurer de jouer un rôle de leadership dans les dossiers mondiaux, et aider l’Afghanistan à se reconstruire) il m’apparaît évident que la situation a beaucoup changé depuis et c’est devenue une vraie guerre contre les Talibans.
Les États-unis nous ont amenés dans une guerre interminable qui ne mènera nulle part sauf par la mort de centaines des nôtres.

De grâce revenez chez vous si la vie vous intéresse.