12 décembre 2012

Septiques confondus

Depuis un certain temps on lit plusieurs lettres dans l’opinion des lecteurs décrivant le gouvernement minoritaire du Parti-Québécois (PQ) comme un gouvernement de recul. Pour ma part j’appelle plutôt ça un gouvernement de compromis et d’écoute. En effet c’est dans un contexte minoritaire où bien des gens croyaient que le gouvernement serait incapable d’avancer qu’il y a eu au contraire beaucoup d’action.

Il va de soi qu’avec près de 10 ans dans l’opposition les attentes étaient grandes et les projets nombreux. En plus le gouvernement du PQ est formé de ministres juniors qui ont tout à apprendre et c’est avec un gouvernement minoritaire qu’ils apprendront le mieux.
Par contre comme la première ministre Pauline Marois l’a dit, devant l’ampleur du travail à accomplir et les nombreuses promesses faites ils sont allés trop vite.

Malgré tout à l’Assemblée nationale, les choses se sont déroulées assez rondement et le gouvernement a pu faire adopter une dizaine de lois. Comme promis son premier engagement fut la loi favorisant l’intégrité en matière de contrats publics et le plafonnement des contributions aux partis politiques. Pour la fin de session l’adoption du budget Marceau et le dépôt des crédits fut un bon coup.