Québec, 26 mai 2006

Sauver la planète par Kyoto

Plusieurs articles parurent dernièrement dans le journal le Soleil concernant Kyoto et le fait que le Gouvernement du Canada s’apprête à renier le protocole m’a fait réagir. Il faut que le Gouvernement Harper recule sur son projet d’abandonner le protocole de Kyoto et mette plutôt de l’avant des mesures pour accentuer sa mise en application.

Il va de soi que l’industrie contribue à s’assurer d’une balance commerciale adéquate et que l’administration doit protéger l’industrie mais à quel prix et qui doit on sacrifier. Chaque jour des nappes de pétrole se répandent, des déchets sont déversés dans les nappes d’eau, des herbicides répandus dans l’environnement, des pesticides dans l’eau, des fuites des installations nucléaires et que dire de l’atmosphère.

Je conviens qu’un contrôle strict de la pollution atmosphérique affectera pratiquement toute l’industrie. Les coûts pour maîtriser la pollution, dioxyde de souffre, émissions industrielles cancérigènes, gaz carbonique et j’en passe seront énormes mais c’est un choix à faire et le prix à payer pour sauver la planète. Le premier ministre Canadien doit porter le flambeau de Kyoto et s’assurer que les autres puissances mondiales qui polluent davantage y adhèrent.