Québec, le 13 décembre 2011
CAQ-ADQ
Sabordage de l’ADQ

Il ne faut pas se mettre la tête dans l’autruche pour comprendre que le chef de l’action démocratique du Québec (ADQ) Gérard Deltell veut saborder son parti politique et transférer le tout dans le paquebot de François Legault coalition avenir Québec (CAQ). Peut’ on dire que c’est s’unir pour le meilleur et pour le pire car l’ADQ n’a rien à perdre et le CAQ a tout à gagner.

D’une part avec sa performance médiocre lors de l’élection complémentaire de Bonaventure et sa faiblesse à remonter dans les sondages l’ADQ n’a rien à perdre à lier sa destinée avec le CAQ. D’autre part avec des sondages qui lui sont très favorables le parti de François Legault devait accéder rapidement à l’assemblée nationale avant les prochaines élections et l’ADQ lui offre cette opportunité sur un plateau d’argent.

D’après moi l’opportunisme de François Legault à avoir une présence virtuelle lors des débats de l’assemblée nationale l’emporte sur son enthousiasme à recueillir au sein de son parti les députés de l’ADQ. De plus il y a trop de divergences idéologiques entre ces deux formations pour que l’unification soit logique, normale et simplement conventionnelle.

Les grands perdants sont les membres qui espéraient militer dans un parti de droite et se réveillent dans un parti transfuge de la gauche.