Québec, le 11 octobre 2010
wellexplosion Forth Worth
Rien de satisfaisant et de rassurant

Invitée à l’émission tout le monde en parle afin de rassurer la population sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste au Québec la vice-première ministre Nathalie Normandeau n’a pas vraiment réussi et n’a fait que paraphraser. En plus nous avons appris lors de l’émission que plusieurs libéraux notoires gravitent autour de cette industrie.

Pourquoi l’absence du gouvernement aux assemblées publiques déjà organisées par les représentants de l’industrie à travers le Québec. Par contre la ministre a spécifiée qu’elle et son collègue Pierre Arcand, à l’Environnement pourraient aller rencontrer des citoyens sur le terrain, une fois les audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) complétées.

De ce fait un moratoire est plus que jamais nécessaire sur l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste. Il serait irresponsable de se lancer tête première dans le développement de cette filière sans avoir préalablement accordé au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) toutes les ressources et tout le temps nécessaires pour évaluer les impacts environnementaux et ceux sur la santé de la population. Le mandat actuel du BAPE est trop restreint sans y ajouter des études sur les impacts environnementaux.

Fidèle à son habitude, la ministre Nathalie Normandeau met la population devant le fait accompli alors que les compagnies gazières sont dans le coup depuis des mois. Il n’est pas normal que des citoyens se lèvent un matin et que des travaux d’exploration soient en cours sur leur terrain sans qu’ils aient été avertis! Même les maires des municipalités où se déroulent ces activités n’avaient pas été mises au courant! C’est inacceptable!

Un moratoire ça presse afin de prendre le temps de mesurer les impacts de l’exploitation des gaz de schiste au lieu d’agir à la sauvette comme le fait le gouvernement Charest et ensuite devoir faire face à des conséquences désastreuses.