Québec, le 14 février 2011
revolution-egypte-29
Réveil du monde arabe

Je ne suis pas certain que la destitution de Ben Ali en Tunisie et la chute de Hosni Moubarak en Égypte vont mettre un terme à la dictature dans ce monde autoritaire ayant la peur comme moyen de persuasion. Par contre l’état d’Israël qui se vante d’un statut de seule démocratie du Proche-Orient semble déstabilisé par la vague de changement qui secoue le monde arabe. Les Israéliens croient que derrière les discours sur la démocratie et la liberté d’expression se cache une inquiétude liée aux risques d’instabilité.

La plupart des régimes autoritaires souffrent d’un déficit de légitimité, tous sont fondés sur une vision antidémocratique de la société, se nourrissent de la corruption et de la concentration indue du pouvoir aux mains d’une personne ou d’un groupe restreints de militaires.

Il va de soi que l’aide internationale sera précieuse afin de pouvoir se racheter car la plupart des pays occidentaux se sont montrés frileux vis-à-vis les mouvements de protestation qui ont secoués la Tunisie et l’Égypte. De ce fait l’occident aura un choix fondamental à faire soutenir des dictatures en voie de dégénérescence ou aider le monde arabe et musulman qui cherche à se doter de pouvoirs pluralistes et ouverts.