Retour des clubs privés

En 2018 le Québec fêtera le 40ième anniversaire de la création des 63 zones d’exploitation controlées (ZECS). Quatre décennies qui ont démontrées que les Québécois étaient excellent dans la prise en main de la gestion citoyenne des ressources fauniques et halieutiques.

La création de ces zecs suivaient le grand déclubage de 1977 réalisé par le gouvernement du parti Québécois de René Levesque qui abolissait par le fait même le privilège accordé à une faible partie élitique de la population qui possédait près de 90% du territoire. Cette action grandement appréciée de toute la population a libéré les terres publiques des quelques 1200 clubs privés de chasse et de pêche qui clôturaient et fermaient le territoire à la population.

Nous apprenions récemment que le gouvernement libéral avait adopté en mars un règlement donnant l’exclusivité de la pêche au saumon pour les pêcheurs non autochtones à sept pourvoiries. Ces pourvoiries auront, en plus du bail à vie d’exploittion, l’exclusivité des droits en excluant tout autre personne sur ces territoires.

Est-ce que le gouvernement Couillard redonne le monopole de territoires à des clubs privés en catimini en privatisant des rivières du nord Québévois couvrant près de 25% de la superficie du Québec?