Recul stratégique

Le gouvernement Legault a décidé de mettre sur la glace le règlement proposé par le ministre Simon Jolin-Barrette pour modifier les programmes québécois d’immigration, dont le Programme de l’expérience québécoise (PEQ).

Est-ce un cafouillage ou un recul stratégique afin de ne pas nuire à la candidate de la CAQ Joëlle Boutin qui essaie de se faire élire à l’élection partielle de Jean Talon prévue pour le 2 décembre. La CAQ veut tellement arracher aux libéraux cette circonscription qui a toujours votée libéral qu’elle a perdu un vote au salon bleu. Par manque de députés caquistes présents, une motion du député libéral Monsef Derraji demandant le retrait complet de la réforme du PEQ a été adoptée.

Je suis déçu qu’il retire complètement le projet de loi car écoutant les cris du cœur dans les milieux immigrants, le gouvernement avait ajouté une clause grand-père qui semblait satisfaisante. Avec cette clause les travailleurs étrangers et les étudiants internationaux déjà arrivés au Québec bénéficiaient d’un droit acquis dans le cadre du PEQ.

Le reste du projet de loi aurait pu être amendé par les partis d’oppositions lors des lectures du projet de loi.