Québec le 12 février 2003

Rectification

J’ai lu avec attention le reportage de Richard Hénault dans le soleil du 12 février concernant le procès de Claude Berger et la déclaration de la victime. Lorsque le journaliste mentionne , il approuve le questionnement constant ,sur cette partie de la déclaration, de l’avocat de Monsieur Berger.

Comme il a été dit en cours, après avoir travaillé toute la journée, avoir organisé une activité et y avoir participé, après avoir subit les dix minutes les pires de sa vie, après avoir passé trois heures avec des enquêteurs et n’ayant pas dormi durant deux jours est-il possible qu’il essai d’oublier.

Ces propos du journaliste font oublier les vrais faits en cause.