Québec, le 9 décembre 2006

Rapport du forestier en chef

Les écologistes, villégiateurs, marcheurs et autres utilisateurs de la forêt vous diront qu’il est préférable de laisser vieillir, pourrir et regarder tomber par chablis les arbres de la forêt. Ils vous convaincront qu’il faut les laisser se faire détruire et détériorer par les insectes et maladies et brûler par les éléments naturels plutôt que par l’exploitation normale et rationnels des forêts qui assure l’économie.

Ces gens vous diront qu’il est préférable d’importer la matière ligneuse de d’autres pays à moindres coûts plutôt que de se servir de notre richesse naturelle qui se détruit et se régénère naturellement. Laisser exploiter la forêt ailleurs sur la planète qui détruit davantage notre climat est moindre à leurs yeux que d’utiliser normalement et sainement le volume ligneux rendu à son âge d’exploitation.

J’ai pris connaissances du rapport du forestier en chef sur l’exploitation des forêts du Québec et je suis maintenant persuadé que l’on vient de briser l’économie de plusieurs régions du Québec du seul fait qu’il y a des opposants à tout. Pour quelques privilégiés, le gouvernement vient de détruire ce qui restait d’une industrie qui a fait ses preuves au fil des siècles. En effet les compagnies d’exploitation forestière que l’on connaissait sont devenues des compagnies forestières d’aménagement forestier. Elles se sont adaptées bon gré mal gré à l’évolution d’une société de consommation et de loisir. Elles ont vécues un cheminement considérable au fil des ans.

Non ce n’est pas vrai que les exploitants forestiers peuvent tout faire sans contrainte et pouvoir s’en laver les mains. Il y a des lois, des normes, des règlements et un régime forestier qui touche à tous les aspects du territoire. Les exploitants forestiers sont soumis à des contraintes énormes mais comment important pour le respect de la biodiversité et du développement durable.

Vous qui lisez ce journal il est fait à partir de produits du bois donc pensez-y aussi!