18 décembre 2013

Rafistoler le navire

Le chef du bloc Québécois (BQ) Daniel Paillé tire sa révérence pour des raisons de santé. Souvenons-nous que suite à la vague orange qui avait amenée la démission de Gilles Duceppe, le nouveau chef du parti avait essayé de rafistoler le navire. En effet depuis son élection à la tête du parti en 2011 il a consacré l’essentiel de ses efforts à reconstruire le parti qui a régné en maître sur la province pendant près de deux décennies.
Bloc Québécois
N’en déplaise à ceux qui profitent de l’occasion pour critiquer la présence du BQ à Ottawa je leur réponds que la performance actuelle de l’opposition officielle à Ottawa démontre plutôt le contraire. De ce fait, la désinvolture avec laquelle le premier ministre Stephen Harper s’occupe des dossiers du Québec saute au visage. En effet depuis qu’il a appris qu’il n’a pas besoins du Québec pour former un gouvernement majoritaire il se fout de nous.

Qu’a t’il fait pour sauver le chantier maritime Davie, son comportement douteux dans la cause du soldat Lacoste, la fermeture du centre de tri postal, la fermeture du jardin zoologique, la fermeture de l’agora, la fermeture de l’usine de Bowater Donnacana, la sauvegarde du pont de Québec, sa lenteur dans le dossier du manège militaire?

Je suis encore convaincu que le Bloc Québécois à Ottawa est le bon chien de garde afin d’assurer le respect des intérêts du Québec dans ce monde fédéraliste qui perdure. Lorsque la monarchie et les robots mènent les débats du parlement d’Ottawa il nous est facile de comprendre pourquoi le fossé se creuse avec l’autre solitude au Canada.

La présence du BQ à la Chambre des communes permet d’assurer la concordance et la légitimité entre la vision d’un peuple et celle de ses représentants élus sur la scène fédérale. Depuis le 15 juin 1991 les Lucien Bouchard (1990-1996), Michel Gauthier (1996-1997), Gilles Duceppe (1997-2011) et Daniel Paillé (jusqu’à ce jour) ont défendus avec acharnement les intérêts des citoyens du Québec.