Québec, le 28 avril 2010

Radio parlée et
Liberté d’expression

Le conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a accordé à RNC MÉDIA inc. et CHOI-FM Québec le 10 février 2010 l’autorisation de consacrer plus de 50 % des émissions diffusées au cours de la semaine de radiodiffusion à des émissions appartenant à la catégorie 1 formule spécialisée (Créations orales).

Dans le même temps le Conseil de presse du Québec par son directeur général, Guy Amiot, a exprimé le souhait de tenir un débat public sur les règles d’éthique entourant la radio parlée qui, lorsqu’elle dérape, devient controversé même injurieuse envers certains auditeurs. Cette radio parlée devenue la radio d’opinion navigue souvent d’un côté ou de l’autre de la ligne fragile de la liberté d’expression.

Les différents spectacles de radio d’opinion encouragent des appels téléphoniques des auditeurs qui sont diffusés et l’interlocuteur ne devrait pas être inquiété pour ses opinions par quelque moyen d’expression que ce soit. Cette liberté d’expression assure donc la libre communication des pensées et des opinions de tous les citoyens.

Nous comprenons tous qu’il y a des limites légales et de bienséances à ne pas franchir dans cette grande ouverture d’esprit de la liberté d’expression et pour atteindre ce niveau de compétence il faut se fier à la rectitude, justesse et logique des animateurs de lignes ouvertes.

Je suis donc entièrement d’accord pour la tenue de ce forum de discussion souhaité par le Conseil de presse qui pourrait se tenir cet automne à Québec. Cet évènement encouragerait le public et tous les artisans de la radio à participer aux échanges dont l’objectif serait de réfléchir sur les conditions de pratique de la radio d’opinion au Québec et peut-être en améliorer la qualité.