Québec, le 7 mars 2010

Québec en mode olympique

Les plus optimistes le savaient, les plus septiques ricanaient et les plus pessimistes n’osaient même pas y penser. Et bien oui n’en déplaise à tous ces gens la ville de Québec est officiellement en mode olympique et a dépêché à Londres ces jours-ci le conseiller aux événements sportifs de la ville Monsieur Denis Paquet. En effet à peine revenu de Vancouver, monsieur Paquet doit continuer à tisser des liens avec des membres influents du Comité International Olympique (CIO) en participant au Royaume-Uni à une conférence internationale portant sur les rouages et les bénéfices à l’obtention d’un événement sportif d’envergure internationale.

Nos éclaireurs sont déjà à l’œuvre afin de préparer le terrain aux éternels commis voyageurs qui n’attendent que le signal ($) pour se déployer dans le monde afin d’épandre la bonne nouvelle que la ville de Québec est prête et qu’elle a les deux mains sur le volant. Après les missions politiques du premier ministre Jean Charest et du maire Régis Labeaume, durant les premiers jours des Jeux de Vancouver, le mandataire du gouvernement, Claude Rousseau a participé à la cérémonie de fermeture afin de bien saisir les détails de cet événement.

Dans le même contexte, Monsieur Marcel Aubut, qui achève un séjour de plus de trois semaines aux Jeux de Vancouver à titre de président désigné du Comité olympique canadien (COC) admet ouvertement que le mode olympique de la ville de Québec a débuté le 1er mars.

Bravo nos taxes et impôts sont à l’œuvre afin de doter la ville d’une nouvelle image, une icône de marque soit celle d’une belle ville capable de voyager, de recevoir, d’offrir et de payer. Que fait notre philosophe Clotaire Rapaille dans ce contexte d’éblouissement international?

L’ex-maire Jean-Paul l’Allier et son équipe s’étaient fait crucifier publiquement pour avoir eu un tel rêve.

Qui seront les prochains éclaireurs?