Québec, le 15 novembre 2006

Que de souvenirs

Lors de l’élection du parti québécois en novembre 1976 il y a trente ans j’y étais, j’y suis encore et j’y reste. René Lévesque a porté sur ses épaules son parti sans expérience du pouvoir, avec des politiciens de cœur mais pas trop expérimentés. Tous étaient conscient du poids énormes à porter, de la confiance que le peuple Québécois leur avait donnée et du sens du devoir qui les interpellaient sans commettre d’erreur.

Monsieur Lévesque et son équipe ont essayé d’être un bon gouvernement et de bien faire les choses avec intégrité et responsabilité. Les successeurs ont fait de même mais la dure réalité de la vie a vite prise le dessus. On ne peut satisfaire tout le monde et son père.

Le sur place d’une certaine période et le questionnement des membres du parti ont fait stagné certaines décisions qui s’imposaient afin de respecter la souveraineté. Mais comme le vieux proverbe dit : Paris ne s’est pas fait en un jour.

Le parti québécois de 2006 est plus expérimenté car il a été au pouvoir pour plus de la moitié de ces trente dernières années. Ce n’est pas un vieux parti mais il s’agit d’un parti moins jeune et plus mature.