Québec le 29 juin, 2000

Pompier
En allerte

Je lisais dans le soleil du 27 juin un article de Simon Boivin concernant une étude de l’institut nationale de recherche scientifique (INRS) sur les délais d’intervention contre les incendies à Québec. Cette étude a été commandée par l’association syndicale des pompiers de Québec. Comment peut-on comme représentants des pompiers commenter sur la non efficacité de ses propres membres ?

D’ailleurs le service des incendies de la ville de Québec jouissait d’une cote d’excellence à la grandeur du monde par sa qualité des services et de ses pompiers. D’ailleurs la ville a été l’hôte du congrès international des directeurs de pompiers et la ville a eu, à ce moment, que des éloges.

Par un entêtement futile les pompiers ou leur dirigeant syndicaux contribue à défaire cette popularité. De grâce, il n’est pas trop tard, descendez de votre échelle et redorez le blason de notre service des incendies qui fut jadis populaire.

La saison touristique approche à grand pas et je crois qu’il serait profitable pour tous que nos camions regagnent leur couleur vive et étincelante.