Pilier de la révolution tranquille

Un des piliers de la révolution tranquille du Québec n’est plus. Celui qui a été le premier ministre de l’éducation du Québec Paul-Gérin Lajoie, l’artisan de la révolution du système d’éducation et qui nous a sorti de l’aire Duplessis nous a quitté. C’est sous sa gouverne que l’éducation est devenue une responsabilité de l’État, et que le clergé a perdu ses prérogatives dans le domaine à tous les niveaux, de la petite école à l’université.

En 1960 une des principales initiatives du nouveau gouvernement libéral de Jean Lesage en matière d’éducation est la mise sur pied d’une Commission royale d’enquête sur l’enseignement connue sous le nom de Commission Parent qui fut créée en 1961. Suite au dépôt du rapport en 1964 le premier ministre du Québec Jean Lesage annonce la création du ministère de l’éducation et nomme Paul-Gérin Lajoie ministre de ce nouveau ministère. Dans cette même foulée il y a eu la création des CEGEPS remplaçant les collèges privés.

Il faut souligner cette réforme majeure que tous profitent aujourd’hui car c’est depuis ce temps qu’il y a accessibilité universelle et la gratuité scolaire.