15 avril 2016

Patiner comme un bon vieux politicien

Lorsqu’il était député pour l’ADQ Sébastien Proulx prônait, comme le chef Mario Dumont, l’abolition des commissions scolaires. Son discours était sans équivoque car il était convaincu qu’en enlevant un pallier interne, cela redonnerait plus de pouvoir aux écoles et amènerait une plus grande marge de manœuvre pour investir dans les écoles.
Proulx
Le nouveau ministre de l’éducation devra maintenant défendre le projet de loi 86 présenté par le gouvernement libéral de Phippe Couillard qui conserve les commissions scolaires. Les conseils des commissaires élus seront remplacés par des conseils scolaires formés de parents, d’enseignants et de professionnels des commissions scolaires et de membres de la communauté.

Bienvenue M. Proulx dans le monde changeant de la politique et vous allez vous rendre compte que la ligne du parti est plus forte que les bonnes idées que vous véhiculiez. C’est ça la langue de bois que la population est tannée d’entendre et de voir.

Questionné sur le sujet par les journalistes monsieur Proulx a patiné comme les bons vieux politiciens en déclarant qu’il avait toujours défendu le fait que les pouvoirs devaient être dans les mains des écoles et des parents.