Québec, le 31 mars 2011
Compteurs d'eau
Oui aux compteurs d’eau

Pour la première fois de son histoire, la province de Québec s’est dotée, à l’automne 2002, d’une politique de l’eau afin d’assurer la protection de cette ressource unique, de gérer l’eau dans une perspective de développement durable et de s’assurer, ce faisant, de mieux protéger la santé publique et celle des écosystèmes. D’ailleurs le code civil du Québec reconnaît que l’eau est une chose commune, sous réserve des droits d’utilisation et d’en faire un usage conforme à sa nature

La ville de Québec, avec l’aide des gouvernements supérieurs, a investi des milliards de dollars depuis 1980 afin de se dotées de réseaux d’infrastructures d’aqueduc et d’égouts pour répondre aux besoins de l’urbanisation. La pérennité de ces infrastructures de traitement d’eau potable et d’épuration des eaux usées repose aussi sur une amélioration des pratiques de gestion dans ce domaine.

Il est grand temps que la ville agisse car les citoyens de la ville de Québec avec une consommation de 530 litres d’eau en moyenne par personne gaspille 100 litres d’eau de plus que la moyenne Québécoise.

Je suis d’avis que l’ajout de compteurs d’eau favoriserait l’utilisation rationnelle et raisonnable de l’eau traité qui nous coûte très cher. Ainsi les maniaques de l’arrosoir à pression seraient peut-être un peu plus gênés de gaspiller l’eau traitée.